Ce forum a été créé dans le but de se rassembler pour discuter de nos lectures
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Les 5 quartiers de l'orange" de Joanne Harris

Aller en bas 
AuteurMessage
chrysta



Messages : 166
Date d'inscription : 15/01/2017

MessageSujet: "Les 5 quartiers de l'orange" de Joanne Harris   Mer 6 Déc - 6:47



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Lorsque Framboise Simon revient dans le village de son enfance sur les rives de la Loire, personne ne reconnaît
la fille de la scandaleuse Mirabelle Dartigen, tenue pour responsable de l'exécution de onze villageois pendant l'occupation allemande, cinquante ans auparavant. Framboise ouvre une auberge qui, grâce aux délicieuses recettes de sa mère, retient l'attention des critiques, mais suscite les jalousies de sa famille. Le carnet de recettes de Mirabelle recèle des secrets qui donneront à Framboise la clé de ces années sombres. Peu à peu, elle découvrira la véritable personnalité de sa mère, parfois si tendre, maternelle et sensuelle, subitement cruelle et tourmentée. En temps de guerre, les jeux d'enfants et les histoires d'amour ne sont pas toujours innocents. Leurs conséquences peuvent même être tragiques.

Et aussi

Cette femme vieillie, qui s'appelle Françoise Simon et qui fait office de narratrice, pourrait révéler un terrible secret. Mais elle ne le fait pas ; pas tout de suite. "Ce n'est pas, hélas, aussi simple que ça", confesse-t-elle au début de ces Cinq quartiers d'orange. Un secret – mais quel secret ? – pourrait se cacher derrière l'aspect si anodin et respectable d'une femme devenue mamie gâteau tenant une petite crêperie sur les bords de la Loire ? Joanne Harris fait preuve dans ce roman d'un indéniable savoir-faire pour capter son lecteur et d'une belle maîtrise du jeu du souvenir. Les lourds silences et les bérets enfoncés des vieux sur la place du village ne nous paraissent être au départ que de simples notations folkloriques. Et puis, petit à petit, ces silences s'animent. Quelque chose ici, dans ce village, dans ce nom de Françoise Simon née Dartigen, dans l'histoire même de cette femme, devient gênant, troublant, tabou. Avec la narratrice, nous effectuons ce long parcours d'une plongée dans un passé trouble qui réveille des démons endormis. Après l'immense succès de Chocolat, Joanne Harris signe son troisième roman et nous offre une œuvre hautement tenue sur la violence insidieuse du souvenir et le poids de l'hérédité. Avec ce nouveau roman, la jeune romancière fait incontestablement son entrée parmi les figures majeures de la littérature anglaise contemporaine. --Denis Gombert




Les secrets trop lourds à porter de l’enfance encombrent parfois l’essentiel de la vie, jusqu’à ce qu’ils émergent. Framboise, 65 ans, a vécu avec un tel poids, et ce roman, entremêlant savamment deux périodes de sa vie, de la narratrice, va doucement nous amener à connaître ce qu’elle a caché depuis ses neufs ans et qui refait surface tant d’années plus tard, l’amenant à le dévoiler et à découvrir aussi que d’autres savent, ont su tout ce temps.

Suite à la mort de sa mère, et surtout du fait de l’héritage qu’elle fait de son livre de recettes, Framboise revient à ses neuf ans, période à laquelle elle vivait dans une ferme du village des Laveuses, avec sa mère, son frère et sa sœur, suite au décès de son père à la guerre. Au fil des pages du cahier de recette, Framboise va redécouvrir sa mère, une mère qu’elle avait perçue comme dure, froide, peu affectueuse, une mère surtout encombrée de terribles migraines qui la clouait au lit, migraines que, pour certaines, Framboise a suscité en cachant dans la maison des bouts d’orange, une odeur qu’elle savait déclencher les migraines maternelles.  Au fil des notes ajoutés au cahier de recettes, Framboise va enfin rencontrer cette femme qu’elle n’a plus revu depuis bien des années, ayant été confiée vers l’âge de 10 ans à une tante.

En parallèle de la lecture du cahier de sa mère, Framboise, âgée de 65 ans va nous faire vivre avec elle a période de ses 9 ans, et de sa vie sous l’occupation dans le village des Laveuses.  Peu à peu, d’une certaine manière, le passé va rejoindre le présent, et nous faisons avec elle le chemin cathartique de la révélation, du retour aux sources, à cette période qui, en partie, a fait d’elle la femme qu’elle est aujourd’hui, cette femme qui revient sur les traces de son enfance, dans le village où elle a vécu ses 9 ans,  avec une peur importante qu’on la démasque.

Dès le début de l’histoire, quand Framboise revient aux Laveuses, elle introduit déjà qu’il s’y est passé des choses qui font qu’elle ne peut révéler sa vraie identité, et qu’elle a peur que quelqu’un la découvre. Au fil du livre, en partie au travers des yeux de Framboise enfant, en partie par les yeux de Framboise adulte, nous avançons vers la vérité de ce qui est arrivé.  Mais pour cela, elle nous emmène auparavant à ses côtés revisiter son enfance sous l’occupation, ses rêveries d’enfant d’attraper Génitrix, un vieux poisson jamais attrapé qui a sa légende et auquel elle s’identifiera à la fin, ses aventures avec son frère, Cassis, et sa sœur, Reine Claude, plus âgés qu’elle de quelques années et qui ont parfois du mal à faire partager à leur petite sœur leurs secrets et activités, eux les grands. Elle évoque aussi sa relation compliquée avec sa mère. Elle nous fait découvrir aussi, avec son regard naïf de petite fille, la vie des villageois au contact des allemands, et nous emmène dans les liens qu’elle-même a pu instaurer avec l’un d’eux.

Ce roman m’a laissé un goût partagé. Au fil des pages j’ai ressenti une certaine lenteur, les choses avançant au rythme auquel Framboise peut les dire. C’est comme lancinant, on sait que les choses vont arriver, se dire, mais ça vient peu à peu, et souvent, pour certains événements, le décalage de notre regard adulte avec celui de Framboise enfant crée une sorte de malaise face à ce que l’on devine. Les mots et les compréhensions de cette enfant de neuf ans donne une naïveté qui, peut-être contribue, à l’impression de lenteur et de décalage. J’ai moins accroché aux aléas que traverse Framboise adulte, car bien que liés à ce qu’elle a vécu enfant et cache, j’ai trouvé que c’était accessoire, sauf les parties avec son ami d’enfance, Paul. Cela développe juste les problèmes et malversations familiales.

Après être arrivée au terme de ce roman , j’ai été séduite après coup par l’ensemble de cette histoire (hormis la période adulte qui est à mon sens trop développée et sans grand intérêt de cette manière) qui mériterait peut être une relecture bien que celle-ci n’aurait plus la même fraîcheur. Une lecture que j’ai pas mal appréciée, qui peut sembler simple et juste lente par moments, mais qui mérite d’être maintenu jusqu’à son terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Les 5 quartiers de l'orange" de Joanne Harris
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joanne HARRIS:Les cinq quartiers de l'orange.
» Joanne Harris
» Joanne HARRIS - Chocolat
» Joanne HARRIS - Classe à part
» Liste des lectures de l'auteur du mois de mars Joanne Harris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
forum lectures et amitié :: Un livre, un topic :: Nos idées de lecture-
Sauter vers: